04 Oct 2019

Steel Panther : Heavy Metal Rules (2019)

Album : Heavy Metal Rules

Style musical : Heavy Metal

Compagnie : Steel Panther Inc

NOTE : 9/10

Steel Panther est le genre de groupe que tu haïs ou que tu adores. Ce quatuor nous amène dans la nostalgie du hair metal des années 80 avec tous les plus gros clichés de cette époque. Sexe, drogues, metal et parfois amour ont toujours été les sujets préférés de ses musiciens. Le quatrième (5 si vous êtes vraiment pointilleux) album Heavy Metal Rules ne réinvente rien, mais il est très efficace.

Tout commence avec un extrait d’un interview lors d'un avant-show de Judas Priest. Le jeune homme vêtu d’un chandail zébré nous rappelle que le Heavy Metal, c’est la meilleure musique au monde! Après cette intro, c’est la chanson All I Wanna Do Is Fuck (Myself Tonight), le premier single promotionnel que le groupe avait lancé. Cette chanson, qui valorise d’une drôle de façon l’image positive de soi, montre d’entrée de jeu comment Steel Panther fait des chansons accrocheuses, avec des paroles légèrement vulgaires, un refrain qui fait participer la foule et un solo électrisant. Ensuite vient Let’s Get High Tonight, débutant avec un riff sudiste américain qui donne le goût de devenir « wild ». Rien qu’avec ses deux chansons, on peut sentir que Michael Starr est encore au sommet de sa forme.

Ce que j’apprécie particulièrement de cette formation, c’est la diversité dans laquelle elle peut jouer sans problème. Always Gonna Be A Ho en est un exemple. Cette pièce aux sonorités des précédentes balades du groupe (par exemple Community Property) parle d’infidélité, mais à l’inverse de ce que nous sommes habitués. En effet, c’est le gars qui est cocu et cette nouvelle facette des paroles rend l’entière parodie encore plus drôle. Par la suite, changement de style complet avec le morceau I’m Not Your Bitch, qui se veut avec des riffs plus thrash.

Fuck Everybody pourrait nous laisser croire à une chanson sur la pansexualité, mais bien au contraire, c’est une réponse à tous ceux qui ne savent pas vivre. En gros, c’est l’hymne misanthropique du hair metal. Le titre éponyme, quant à lui, semble être l'intitulé le plus faible en répétant un peu l’idée de la fameuse chanson Death To All But Metal.

Sneaky Little Bitch reprend le même thème de la femme infidèle, ce qui pourrait nous faire penser qu’un membre s’est fait tromper et Gods of Pussy serait une réponse à cette événement, en disant qu’il peut avoir n’importe quelle fille.

La dernière chanson qui nous donne un autre hymne de party nous laisse sur une bonne note. Pour ma part, c’est la meilleure sortie depuis All You Can Eat (2014). Cet album est un retour aux sources et ces chansons seront certainement dans les nouvelles setlists du groupe. Cependant, je commence à avoir peur pour l’avenir du groupe, sachant que répéter une formule trop souvent pourrait devenir ennuyant.

Pour lire notre entrevue avec Satchel, c'est ici :

http://musikuniverse.mu/entrevues/item/11814-steel-panther-entrevue-avec-satchel-sur-l-album-heavy-metal-rules-2019

Lu 902 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)